image

La norme EN 374 contre les produits chimiques

Vous utilisez quotidiennement vos mains pour la réalisation de diverses tâches. Elles sont votre premier et meilleur outil de travail, les protéger est donc essentiel. Pour cela, le choix de vos gants de travail est très important. Qu’il s’agisse de risques mécaniques, thermiques ou encore chimiques, des normes ont été établies pour garantir des méthodes de test rigoureuses qui permettent d’assurer une information claire et transparente aux utilisateurs, afin qu’ils puissent se munir de gants de protection adaptés à la tâche à réaliser. La norme EN 374 que nous allons détailler dans la suite de cette page, concerne les gants de protection chimiques.

Détails sur la règlementation EN-374

La norme EN 374-1 : 2016 repose sur trois méthodes de test que sont :

1. Le test de pénétration tel que définit par la norme EN 374-2 

Les gants de protection chimiques sont testés sur 18 substances chimiques différentes conformément à la norme EN 374-2. En fonction des résultats des test, on répartit les gants selon la typologie suivante :

- Type A : Résistance à la pénétration à travers le gant supérieure à 30 minutes pour au moins 6 substances chimiques.

- Type B : Résistance à la pénétration à travers le gant supérieure à 30 minutes pour au moins 3 substances chimiques.

- Type C : Résistance à la pénétration à travers le gant supérieure à 10 minutes pour au moins 1 substance chimique.

Le type de gant est indiqué sur l’étiquette de ce dernier. S’y trouve aussi les lettres indicatives des produits chimiques ayant réussi les tests de perméation (cf tableau des substances chimiques testées).

2. Le test de perméation tel que définit par la norme EN 16523 :1.

Cette norme spécifie la méthode d’essai permettant de déterminer le niveau de résistance à la perméation par des produits chimiques. Les matériaux testés sont ceux qui entrent dans la composition des gants de protection à tester. La norme définit une méthode d’essai par contact continu de produits chimiques liquides.

3. Le test de dégradation tel que défini par la norme EN 374-4 : Les résultats de ces tests doivent figurer dans la notice d’information des gants. Ce test doit permettre de décrire la transformation physique du gant après contact avec un produit chimique. La résistance d’un matériau à la dégradation est déterminée selon le changement de son niveau de résistance à la perforation du matériau utilisé dans la composition du gant, après un contact continu avec le produit chimique testé.

Les gants de protection contre les micro-organismes :

Pour garantir une protection contre les micro-organismes, à savoir les bactéries, champignons et virus, les gants de protection doivent avoir passé le test ISO 16604 : 2004 (méthode B). Ce test permet de déterminer la résistance des matériaux à la pénétration d’agent pathogène

Les métiers concernés 

De nombreux professionnels peuvent être concernés par la protection de leurs mains. Néanmoins, les gants de protection contre les risques chimiques et les micro-organismes ne sont pas destinés à une profession en particulier. Etant un équipement individuel de protection, le gant assure une protection spécifique. On distingue plusieurs types de protection répondant à plusieurs types de risques. Ainsi, on retrouve les risques thermiques, chimiques ou encore mécanique. Tous ces risques correspondent à une norme particulière. Il convient donc de bien s’informer sur les différentes normes qui existent pour vous protéger face aux différents risques présents dans votre environnement de travail. Ces risques sont liés aux tâches que vous effectuez.

Soyez sûr de choisir un gant normé EN 374 en vérifiant la présence de ce pictogramme : 

Protéger ses mains des produits chimiques

ajax